JO 2012 : Rencontre avec Alexis Vastine, boxeur français plein de revanche

Médaillé de bronze aux Jeux Olympiques de Pékin et déterminé à remporter la médaille d’or aux JO de Londres, Alexis Vastine, évoluant désormais dans la catégorie « walter », a répondu aux questions de la rédaction de Gentside.

Alexis Vastine

Alexis Vastine a été médaillé de bronze dans la catégorie des moins de 64 kilos aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008 suite à une véritable injustice en demi-finales contre le Cubain Felix Diaz. Aujourd’hui âgé de 25 ans, le boxeur revient dans la catégorie des moins de 69 kilos pour les JO de Londres de cet été, toujours aussi déterminé à remporter le titre de champion.

La vie d’un boxeur

Gentside : Comment êtes-vous devenu boxeur ?

Alexis Vastine : C’est mon père, ancien boxeur professionnel et entraîneur, qui m’a communiqué cette passion pour ce sport. Dès mon plus jeune âge, je l’ai accompagné aux entraînements et j’ai commencé à tapoter dans le sac de frappe, j’ai adoré ça ! Puis, peu à peu, j’ai tout naturellement débuté dans les compétitions. En voyant que j’avais de bons résultats, je me suis laissé prendre dans cet engrenage, pour le plus grand plaisir de ma famille et le mien. Enfin, une part de moi sait que la boxe était un moyen de ressembler à mon père que j’admire énormément. D’autre part, en terme de cursus, je suis parti de chez mes parents dès l’âge de 13 ans pour faire sport-étude. J’ai ensuite intégré l’Insep. Diplômé d’un BEP Vente et titulaire du Brevet d’État de boxe, je possède également le statut de militaire, bien que je dépense le plus clair de mon temps dans les salles de boxe.

Admirez-vous le jeu d’autres boxeurs ?

Alexis Vastine : Oui, évidemment je me suis inspiré du jeu de certains boxeurs, surtout des américains tels que Sugar Ray Leonard ou Oscar de la Hoya. Lorsque j’étais plus jeune, j’ai essayé de ressembler à ses grandes figures de la boxe avant de pouvoir développer mon propre style.

Comment s’organisent vos entraînements pendant l’année ?

Alexis Vastine : Jouant dans la catégorie « boxeurs amateurs », je n’ai pas de saison. Je m’entraîne tout au long de l’année, sans intermittence. Mon calendrier professionnel s’articule autour de trois grandes échéances : le championnat du monde, les jeux francophones et le championnat de France. Le reste du temps, je me prépare grâce à divers tournois me permettant de rester en forme et prêt à combattre à tout moment.

Pouvez-vous décrire une journée type ?

Alexis Vastine : Deux sessions de travail rythment la journée d’un boxeur amateur, avec un total de quatre à cinq heures d’entraînement. Les exercices du matin s’axent surtout sur le cardio ou le renforcement musculaire, tandis que la séance de l’après-midi m’aide à améliorer mon jeu. Ce sont des exercices plus spécifiques à la boxe comme le sac de frappe.

Quelle activité préférez-vous lors des entraînements ?

Alexis Vastine : Je pense qu’il faut varier les activités. C’est ce qu’il y a de plus enrichissant. Néanmoins, il y a certaines situations dans lesquelles je préfère travailler, comme lorsque j’entretiens des rapports privilégiés avec mes coaches, à travers un entraînement individualisé.

Vous avez donc plusieurs coaches ?

Alexis Vastine : Oui, mon père a été mon entraîneur depuis toujours, mais depuis que je suis dans l’équipe de France je travaille aussi avec trois autres coaches.

Devez-vous suivre un régime strict ?

Alexis Vastine : Oui, à l’approche des compétitions je dois me montrer particulièrement vigilant. Comme vous vous en doutez, je dois surtout me nourrir de viandes blanches et de légumes, tout en évitant les matières grasses et les produits sucrés. Lorsque je jouais dans la catégorie des super-légers aux JO de Pékin par exemple, cela a été difficile. Mais maintenant que j’ai évolué dans une catégorie supérieure, je me sens plus à l’aise avec ces préconisations alimentaires. De plus, je m’y suis très vite habitué, cela fait partie de mon métier. Dans ce cadre, l’Insep a d’ailleurs mis à ma disposition une diététicienne qualifiée.

La carrière d’Alexis Vastine

Que ressentez-vous avant une rencontre ?

Alexis Vastine : Je suis envahi par une envie de bien faire et espère que tout mon travail va porter ses fruits.

Comment gérez-vous le risque d’être blessé ? Qu’en pensent vos proches ?

Alexis Vastine : Les boxeurs ne pensent jamais à ce genre de choses avant de monter sur le ring. Je ne me suis d’ailleurs jamais blessé, mis à part une fracture à la main. Mais c’est un risque qu’il faut savoir écarter de sa mémoire pour pouvoir se focaliser sur le combat. Quant à mes proches, je sais qu’ils me soutiennent. Ils sont tous derrières moi et veulent que je gagne ! Ils n’ont pas peur, mais sont souvent stressés avant mes combats. La boxe est une affaire de famille grâce à mon père qui a communiqué sa passion à ses enfants. Mon frère fait partie de l’équipe de France et mes deux sœurs pratiquent la boxe féminine.

Lors de votre rencontre avec le Dominicain Félix Diaz aux JO de Pékin, vous avez perdu de justesse alors que l’arbitrage a été fortement controversé. Les commentateurs sportifs ont même parlé du « vol de votre victoire ». Avez-vous réussi à surmonter la déception de ne pas accéder à la finale ?

Alexis Vastine : J’ai appris à l’accepter. Je n’ai pas envie de regarder en arrière, l’important pour moi est d’avancer. Mais je ne vous mentirai pas, ce qui s’est passé restera toujours en travers de ma gorge. Pour être plus positif, il faut dire que j’ai malgré tout été médaillé de bronze aux JO. Je ne regrette rien, mais je n’oublie pas. Aujourd’hui, je me concentre sur les prochains JO de Londres et je suis heureux d’avoir la chance d’y participer. J’espère aller loin, en comptant sur le fait que chaque personne fasse son travail correctement…

Avez-vous porté réclamation contre le résultat du combat ?

Alexis Vastine : Je le voulais, mais ma Fédération m’en a dissuadée. Elle pensait en effet que cela pourrait porter préjudice aux deux autres boxeurs français encore en lice. Khedafi Djelkhir notamment s’était qualifié pour la finale des poids plume.

Était-ce votre combat le plus difficile ?

Alexis Vastine : Oui car j’ai mal vécu le combat durant lequel mon coach a été renvoyé du coin. Le premier avertissement également m’a perturbé, et le second qui m’a fait perdre peu avant la fin de la rencontre m’a mis hors de moi. Je voyais cet arbitre qui m’enlevait des points sans que je ne puisse rien faire. Cela a en outre été difficile à encaisser une fois le combat fini.

Qu’attendez-vous des JO 2012 ?

Alexis Vastine : Évidemment j’espère devenir champion olympique. Dans le sport amateur, ce type d’événement très médiatisé est à ne pas manquer. Mais plus généralement, je souhaite que l’Équipe de France Olympique puisque remporter de nombreuses récompenses, tous sports confondus. Je voudrais que les athlètes Français brillent et soient reconnus à leur juste valeur, que le travail fourni durant leurs entraînements paie.

Que pensez-vous de l’image de la boxe dans les médias ?

Alexis Vastine : La boxe est un sport noble et je voudrais qu’il soit appréhendé sous cet angle. Lorsque je combats, je n’ai pas la haine en moi, je cherche tout simplement le beau geste, ou ce que j’appelle la « belle boxe ». Cela reste un jeu pour moi dans lequel je m’épanouis amplement. J’aimerai juste qu’on le perçoive sous cet aspect, une envie de se défouler tout en se faisant plaisir. J’ai d’ailleurs été très déçu par le comportement de Dereck Chisora. Il est dommage de jouer la provocation en dehors du ring. De plus, son attitude n’a fait qu’alimenter une image négative de la boxe. Cette agressivité n’est pas du tout représentative de la vision que je me fais de mon sport.

L’univers d’Alexis Vastine

Que faites-vous durant votre temps libre ?

Alexis Vastine : J’adore l’univers de la mode et faire du shopping. Mis à part ça, je consacre le peu de temps libre qu’il me reste après mes entraînements pour des choses simples de la vie : voir ma famille, ma compagne. Cela m’apporte beaucoup de bonheur.

Quelle est votre marque de vêtement préférée ?

Alexis Vastine : En terme de sportwear, ce serait plutôt Adidas, marque avec laquelle j’entretiens un partenariat. Pour la vie de tous les jours, j’aime être habillé en jean Diesel avec une chemise et une veste en jean. Du côté des costumes, j’opte pour la marque Hugo Boss. En outre, je ne suis pas friand des accessoires « bling-bling ».

Quel est votre film préféré ?

Alexis Vastine : Dernièrement, Intouchables m’a beaucoup ému. Le personnage de Philippe, tétraplégique, connaît des moments très durs, mais qui sont également mêlés de joie. Cela me fait finalement un peu penser à mon sport.

Quelle serait la voiture de vos rêves ?

Alexis Vastine : Sans hésiter, une Ford Mustang décapotable !

Quel parfum conseillerez-vous à nos lecteurs ?

Alexis Vastine : Je varie régulièrement, en ce moment je porte Cool Water de Davidoff.

Information exclusive. Toute reproduction interdite sans la mention explicite de Gentside.

La version originale de l’article est à consulter sur Gentside. Publication datant du 4 mars 2012.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s