Exclu – Rencontre avec Noémie Lenoir

« Vous allez voir Noémie, la vraie ». Voilà ce que nous a confié Noémie Lenoir à l’occasion de son apparition dans la tweet série What Ze Teuf à 20h25 mercredi soir sur D8. 

noemie-lenoir-est-la-premier-a-quitter-la-1

Après le boxeur Brahim Asloum ou encore le chanteur du groupe Skip The Use, Mat Bastard, c’est au tour de la mannequin Noémie Lenoir de faire une apparition ce soir dans WZTWZT, késako ? Petit rattrapage pour ceux qui ne devinent pas que sous ce sigle se cache le nom de la première tweet série participative de France, What Ze Teuf, diffusée sur D8 à 20h25 jusqu’au 20 décembre. Le principe ? Les téléspectateurs deviennent scénaristes en imaginant la suite de l’épisode du jour en 140 caractères. Une aventure au sein de laquelle s’est engagée Noémie Lenoir.

Pourquoi participer à ce projet ?

« J’ai été contactée par Benjamin Euvrard, le réalisateur de la série, qui m’a raconté le concept et ça m’a complètement fasciné. Je trouve ça super cool de donner aux internautes le pouvoir de faire le scénario ! L’idée m’a tout de suite séduite ».

Quel est votre rapport avec le réseau social Twitter ?

« Au début, j’étais complètement contre Twitter. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ! Mais quand j’ai fait l’émission Danse avec les stars, je me suis rendue compte que tout le monde utilisait cet outil. Tout le monde tweetait, et moi j’étais à la old school ! Puis le réel déclic s’est opéré grâce à mon amie Jamila. Elle m’a expliqué l’importance d’ouvrir un compte Twitter, que les réseaux sociaux étaient à l’image de la nouvelle génération. Maintenant, j’y vais de plus en plus. C’est le futur, donc faut que je m’y mette ».

À quel point le jeu d’acteur peut-il être difficile pour vous ? 

« What Ze Teuf, si je le fais, c’est vraiment pour m’amuser ! Être actrice c’est un métier. Moi je suis mannequin, et je me suis mise à la musique. Je laisse aux grandes actrices leur métier. Tout le monde me dit : ‘Noémie, tu es actrice-mannequin’, mais je réponds toujours : ‘Non, je suis mannequin’ ! Chacun son boulot. Mon apparition dans What Ze Teuf je le prends plus à la rigolade. Bien sûr c’est une série importante qui compte à mes yeux, mais vous allez voir Noémie, la vraie. C’est comme ça que je vais le prendre ».

Comment gérez-vous le fait de ne pas savoir à l’avance quel rôle les Twittos vous donneront ?

« Je suis mannequin, donc ça va être très compliqué pour moi de devoir apprendre un texte en si peu de temps. Mais ça va être drôle, ça va être un véritable challenge. On va me donner le texte le matin même, et l’après-midi on va tourner. J’espère que les Twittos vont me donner un rôle facile. Peut-être le rôle d’une mannequin un peu ‘bê-bête, pas très fute-fute’ (éclats de rires). Mais quoi qu’il arrive, je pense que toute l’équipe va me mettre à l’aise pour le tournage ».

En quoi la série What Ze Teuf va t-elle vous permettre de créer un nouveau lien avec votre public ?

« Cette expérience va me permettre de me rapprocher du public, des internautes. Elle instaure un véritable lien grâce aux tweets. En bref, elle va nous permettre de passer un bon moment ensemble« .

 Capture-d’écran-2013-12-11-à-17.17.04

Noémie Lenoir en compagnie des comédiens de la série WZT et du réalisateur. Crédit photo : Marie Deroubaix

Quels sont vos projets à l’avenir ?

« J’ai plein de petits projets jusque fin décembre. Par exemple, je fais des shooting pour des magazines tels que Shape Magazine et OOB Magazine. Par ailleurs, je serai présente à plusieurs évènements, notamment les NRJ Music Awards le samedi 14 décembre et pour l’ouverture de la nouvelle boutique Aloha Paris. Pour l’année 2014, on verra ce que l’avenir me réserve » !

Une question croustillante pour la fin. Pouvez-vous nous parler de votre expérience au Crazy Horse ?

« Je sais que tout le monde se demande si ce n’est pas trop difficile de danser nue. Toutefois, on n’est pas totalement nue, puisqu’on est habillée par les jeux de lumière. Quoi qu’il en soit, ça a été un super challenge. On m’a tenu la main. J’ai été soutenue par toutes les filles danseuses du Crazy. Je me suis fait des copines. Et puis c’était vraiment le boudoir, l’érotisme sans vulgarité. Ça a été la consécration de ma vie de femme. J’ai vraiment passé un agréable moment dans cet univers qu’est le Crazy Horse et si c’était à refaire, je le referai sans hésiter » !

Propos recueillis par Marie Deroubaix. 

Information exclusive. Toute reproduction interdite sans la mention explicite de (Have a) blog break. 

Voir l’article sur Haveablogbreak. Publication datant du 11 décembre 2013.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s